L’été sera chaud

On nous promet un été chaud. Voire torride.
Et déjà les regards se tournent vers des libéraux qui, selon Frédéric Valletoux, patron de la FHF, portent sur leurs épaules une grande partie de la responsabilité de l’effondrement des urgences.
Et de demander, pêle-mêle et à nouveau, la régulation de l’installation dans les zones surdotées (où sont-elles?), le maintien de la continuité de l’activité et évidemment la réponse à la demande de soins non programmés. Dans certains départements, on a même réquisitionné des médecins pour réguler. Sans aucune formation…
Il est manifestement plus facile de montrer du doigt les libéraux, que de régler ses problèmes.
Nous savons que l’hôpital est en souffrance et que le manque de personnel se fait cruellement sentir.
Nous savons aussi que nos cliniques, qui ne se plaignent pas, partagent les mêmes problèmes, et que les médecins libéraux ploient sous la charge de travail.
Et pourtant nous résistons. Mieux, nous assumons notre part en répondant présent à nos patients dans une grande majorité des cas.
Une étude récente faite par l’URPS ML Occitanie et la Forms montre qu’une demande de soins urgente trouve une réponse sur toute notre région en moins de 48 heures dans 92% des cas. Et qu’un patient non urgent trouve un rendez-vous avec son médecin traitant avec un délai médian de 5 jours.
Le monde libéral, par ailleurs, continue de proposer des modèles constructifs pour répondre mieux encore à la crise démographique en permettant aux patients de trouver, dans les CPTS, une réponse à un besoin de soins urgent en moins de 48 heures, en travaillant avec les hôpitaux pour faciliter entrée et sortie directe des patients, en adossant certaines MMG* à l’hôpital, en créant des parcours de soins spécialisés libéraux pour fluidifier les soins.
Beaucoup reste à faire, comme faciliter l’accès aux assistants médicaux, passer le samedi matin en PDSA, faciliter les contrats d’adjoints pour les médecins notamment en zone touristique.
Regardez-nous Monsieur Valletoux, au lieu de nous montrer du doigt. Et au lieu de critiquer, proposez et construisez avec les libéraux l’avenir de notre système de santé.

*Maison médicale de garde
Défilement vers le haut