Le temps de l’élection, le temps de l’action

Le Président Emmanuel Macron reste à l’Élysée. Même si les élections législatives peuvent encore infléchir les lignes politiques, il est probable que le programme santé des 5 prochaines années est écrit et ce, quel que soit notre futur ministre.
La démographie reste le thème essentiel du programme.
Le succès limité des aides à l’installation pousse à trouver d’autres solutions. Si ces aides sont amenées à persister, la coercition à l’installation, que nous pensons contre-productive, ne devrait pas être instaurée.Par contre les regroupements de professionnels apparaissent comme indispensables. Ainsi, MSP et surtout CPTS sont mises en avant. Ces modes d’exercice sont d’ailleurs plébiscités par 80% de nos jeunes confrères (chiffres DRESS).Le développement des fonctions support est également proposé, avec la facilitation des assistants médicaux, l’augmentation des IPA, et l’apparition des « professionnels de santé référents » (infirmiers, sage-femmes), une idée qui s’inspire du pharmacien correspondant, rémunéré au forfait pour conseiller et orienter les patients sans rendez-vous. Car le but, d’ailleurs porté par le SAS, est bien de faire en sorte que les demandes de soins non programmés puissent trouver une réponse.La PDSA est également au programme, et le retour à une permanence obligatoire la nuit et le week-end, pour les médecins généralistes, fait partie des sujets. Mais l’extension aux spécialités est également proposée (par exemple l’envoi d’un ophtalmologiste de Montpellier en Lozère, trois jours par semaine).De même l’hôpital devra se mettre en capacité de projeter « hors les murs » certaines spécialités.
La prévention enfin est un thème important pour ce nouveau mandat. C’est pour le nouveau président le moyen de réduire les inégalités.Au menu, l’instauration de nouveaux bilans de santé pris en charge à 100% (25, 45 et 70 ans) ce dernier étant basé sur le programme ICOPE, porté dans les CPTS par l’URPS. L’obésité et les troubles du développement (qui font aussi l’objet d’un partenariat entre URPS et Occitadys) font partie de ce programme.
L’URPS ML rappelle tout l’intérêt de la consultation par les pouvoirs publics des professionnels de santé, dont la pression professionnelle reste à un niveau très important. Alléger cette charge est un préalable indispensable à toute augmentation de nos missions.
Jean-Christophe Calmes – Président de l’URPS ML
Défilement vers le haut