Ségur numérique : comment certains éditeurs espèrent rafler la mise !

Le Ségur numérique, ce sont 2 milliards d’euros pour accélérer le virage de la santé numérique et permettre :

– de généraliser le partage des données de santé entre professionnels et avec les patients,

– d’accélérer les échanges,

– d’harmoniser tout l’écosystème numérique de la santé.

En résumé, échanger de façon sécurisée et plus facilement.

Évidemment, cela ne va pas aller sans quelques contraintes pour lesquelles les médecins libéraux verront apparaître de nouveaux indicateurs, et notamment le volet de Synthèse Médical.
Mais l’usage d’un logiciel référencé Ségur devient obligatoire.
Afin d’éviter de faire payer aux médecins des mises à jour coûteuses (400 euros/médecin environ) pour suivre une volonté gouvernementale, un volet financier non négligeable doit permettre aux éditeurs de nos solutions de se mettre à jour. Et donc permettre aux médecins de ne rien payer pour des mises à jour qu’ils n’ont pas demandées. À charge pour l’éditeur de se retourner vers l’état pour être payé.
Mais certains éditeurs espèrent gagner sur les deux tableaux !
Il faudrait s’acquitter d’une mise à jour pour obtenir la mise à jour !
En pratique, vous ne devez rien payer pour une mise à jour Ségur de votre logiciel.
Si votre éditeur l’exige, changez en !  

Jean-Christophe Calmes – Président de l’URPS ML

L’URPS MÉDECINS LIBÉRAUX MOBILISÉE FACE À L'URGENCE ET LA PRÉCARITÉ DE LA SITUATION DES FAMILLES UKRAINIENNES : MÉMO PRATIQUE
Défilement vers le haut