Maladie de Lyme : l’hôpital de Lannemezan reconnu centre de compétences

L’hôpital de Lannemezan qui suit de nombreux patients pour la maladie de Lyme vient d’être reconnu centre de compétences pour les maladies vectorielles à tiques.

Selon les sources officielles du réseau Sentinelle et de Santé publique France, la maladie de Lyme et les maladies vectorielles à tiques touchent de nombreuses personnes sur le territoire, avec plus de 67.000 nouveaux cas en France pour l’année 2018. L’hôpital de Lannemezan dans les Hautes-Pyrénées est devenu, depuis 2011, un lieu parfaitement identifié pour la prise en charge de ces maladies vectorielles. La reconnaissance officielle par l’ARS et la DGS de Lannemezan comme centre de compétences ouvre le débat sur cette maladie complexe de plus en plus reconnue. Ainsi la Haute Autorité de santé a-t-elle présenté sa recommandation de bonne pratique « borréliose de Lyme et autres maladies vectorielles à tique » en juin 2018 ! La création des centres de référence spécialisés MVT s’est dès lors imposée. Ils ont été désignés en juillet 2019. Les cinq centres de référence sont : Villeneuve-Saint-Georges, Rennes, Marseille, Nancy-Strasbourg et Clermont-Ferrand-Saint Etienne. Depuis, des centres de compétences ont été désignés pour compléter ce dispositif. Et en Occitanie, Lannemezan a été choisi avec Montpellier, Nîmes et Perpignan. C’est donc une vraie reconnaissance du savoir-faire de l’hôpital dans la prise en charge de ce type de maladies encore très mal connues et sous diagnostiquées.

Le centre hospitalier couvrira un bassin important, qui pourrait aller de Tarbes à Toulouse en passant par le Gers et une partie de l’Ariège. Un patient pris en charge sur ce secteur pour une pathologie de ce type pourrait ainsi être dirigé vers Lannemezan si son cas est considéré comme complexe, c’est-à-dire non résolu par une première prise en charge.

(Source : Anne Billard – La Dépêche du Midi)

L’URPS MÉDECINS LIBÉRAUX MOBILISÉE FACE À L'URGENCE ET LA PRÉCARITÉ DE LA SITUATION DES FAMILLES UKRAINIENNES : MÉMO PRATIQUE
Défilement vers le haut