onglet

« La situation de l’accès aux soins en prison s’aggrave », déplore le CGLPL*

Le CGLPL préconise une analyse de l’état de santé mentale des détenus avant l’incarcération

Le rapport annuel du contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL) met en lumière une détérioration de l’accès aux soins en prison, dénonçant des alertes croissantes et une situation qui s’aggrave, selon les professionnels intervenant en milieu pénitentiaire.

En 2023, les difficultés pour exercer dans les établissements pénitentiaires ont été régulièrement signalées par les médecins et soignants, exacerbées par une surpopulation carcérale qui tend les conditions de travail. Les équipes médicales se trouvent épuisées et isolées, confrontées à une patientèle croissante et à des conditions de vie en maison d’arrêt qui compromettent la santé.

Le sous-dimensionnement des équipes médicales persiste, avec une diminution des postes, des départs en retraite et des difficultés à mobiliser du personnel soignant. Les ARS sont également alertées, mais les réponses apportées semblent avoir un impact limité.

Le CGLPL souligne une fois de plus les défis liés à la santé mentale des détenus, préconisant une analyse préalable de leur état de santé mentale avant l’incarcération et un recours plus fréquent à la suspension de peine pour raison médicale.

L’accueil des détenus dans les hôpitaux reste problématique, avec des extractions souvent annulées en raison de l’indisponibilité des escortes, et des conditions de séjour précaires, caractérisées par une surveillance constante et des atteintes au secret médical.

Le rapport met également en évidence les défis liés au vieillissement et au handicap en détention, soulignant le manque de prise en charge adaptée et les situations d’indignité rencontrées par ces personnes.

En conclusion, le rapport du CGLPL met en lumière les nombreux défis persistants en matière d’accès aux soins en milieu carcéral, appelant à des mesures concrètes pour améliorer la situation des détenus et garantir leur droit à des soins de qualité.

* contrôleur général des lieux de privation de liberté 

Source APM News

Partager
Partager