Occitanie : un dispositif expérimental pour favoriser l’installation des nouveaux aides-soignants en milieu rural

Le conseil régional d’Occitanie a annoncé le lancement d’un dispositif expérimental pour inciter les élèves aides-soignants à exercer dans des établissements ou services d’aide à domicile du secteur médico-social, situés en zones rurales.

« Les études menées pour construire le schéma régional des formations sanitaires et sociales ont mis en exergue les difficultés croissantes de recrutement rencontrées par les établissements médico-sociaux situés en zones rurales, en particulier les structures d’accueil de personnes âgées (Ehpad) et d’aide à domicile », indique la Région dans un communiqué. Ces difficultés concernent particulièrement le métier d’aide-soignant, sachant que « les besoins sont prégnants avec des enjeux forts liés à l’allongement de la durée de vie, aux besoins médicaux croissants qui en découlent, à la prise en charge du vieillissement et du handicap, mais aussi à la nécessité de garantir l’accès aux soins pour tous et pour toutes, partout ».
Afin d’apporter une réponse concrète aux employeurs installés dans les territoires ruraux qui peinent à recruter, la Région Occitanie a créé un dispositif expérimental intitulé les « contrats de fidélisation ».
Adopté par les élus régionaux, sur proposition de la présidente, Carole Delga, lors de la commission permanente du 19 avril, ce dispositif s’appliquera à la rentrée 2019.
Il prévoit le versement d’une aide régionale mensuelle de 150 euros ou 200 euros, sur 10 mois de formation, aux élèves aides-soignants qui s’engagent à faire leur stage dans un Ehpad ou service d’aide à domicile, situé en zone rurale et à y rester après l’obtention de leur diplôme sur une période de deux à trois ans.
Cette aide s’ajoutera à une aide similaire -d’un montant de 150 euros ou 200 euros-, versée par l’établissement ou le service employeur. Elle sera également cumulable avec les rémunérations réglementaires de stage et la bourse d’étude attribuée par la Région pour les formations paramédicales.
« Avec 260.000 salariés en région, le secteur médico-social recrute et offre des débouchés d’avenir à nos jeunes », souligne le conseil régional.

Sa présidente espère que le dispositif de fidélisation permettra de « créer des conditions de formation optimales pour que nos jeunes aient envie de rester et de débuter leur carrière là où les besoins en compétences ne sont pas pourvus et les opportunités d’embauche fortes ».

APMnews

L’URPS MÉDECINS LIBÉRAUX MOBILISÉE FACE À L'URGENCE ET LA PRÉCARITÉ DE LA SITUATION DES FAMILLES UKRAINIENNES : MÉMO PRATIQUE
Défilement vers le haut