Les dépenses du régime général d’assurance maladie progressent de 2% à fin avril

Communiqué de la CNAM (Caisse Nationale de l’Assurance Maladie)

La progression des dépenses du régime général d’assurance maladie s’est établie à 2% (taux corrigé des jours ouvrés -CJO) sur 12 mois à fin avril, contre 2,1% à fin mars, a annoncé vendredi la Caisse Nationale de l’Assurance Maladie (Cnam) dans un communiqué.
En données brutes, l’évolution enregistrée en année mobile (mai 2018 à avril 2019) s’élève à 2,1%. En intégrant les différentes rémunérations forfaitaires versées aux médecins (forfait structure, rémunération à la performance, etc.), la progression est de 2,2% en données annuelles (2,4% pour les soins de ville).
Pour le seul mois d’avril, les dépenses du régime général ont augmenté de 2,3% par rapport à 2018 (contre 1,9% en mars).

En année mobile, les dépenses de soins de ville ont augmenté de 1,8% à fin avril, contre une augmentation de 2,1% à fin mars. Comparé au même mois de l’année précédente, la hausse est de 1,9% pour avril 2019.
Les remboursements des soins des médecins généralistes ont diminué de 0,6% en année mobile (+0,1 point par rapport à mars en année mobile), contre une hausse de 1,7% (-0,3 points) pour les actes de spécialistes.
Les dépenses remboursées de soins dentaires enregistrent une baisse s’établissant à -0,1% fin avril en année mobile, contre +0,7% fin mars. Les dépenses de soins infirmiers ont progressé de 4,4% (+0 point) et celles de masso-kinésithérapie de 2% (-0,4 point).
Parallèlement, les dépenses d’Indemnités Journalières (IJ) ont augmenté de 4,2% en année mobile (+0,1 point). La croissance est de 5,3% pour le seul mois de mars.
Le ralentissement des dépenses de transport s’est poursuivi pour atteindre une progression limitée à 0,4% à fin avril (-0,7 point). Par rapport au seul mois d’avril 2018, la baisse est de -3,7%.
Cette forte baisse, alors que les dépenses de transport ont atteint 5,3% en 2016 et 5,4% en 2017, est liée à la mise en place de la réforme des transports inter-établissements en 2018, année pendant laquelle les dépenses ont déjà fléchi de 2,9%.
Après avoir ralenti au second semestre 2018, les dépenses des laboratoires d’analyses de biologie médicale ont poursuivi leur baisse amorcée en janvier, affichant un recul de 1,5% en année mobile (-0,2 point). Les dépenses apparaissent en hausse de 1,3% pour le seul mois d’avril 2019, comparé à celui de l’année précédente.

Les dépenses de médicaments ont stagné en année mobile (0%), soit une baisse par rapport à fin mars 2019 (-0,2point).
Les dépenses de médicaments délivrés en officine s’établissent à 2,9% (-0,2 point), tandis que celles des médicaments de la rétrocession accentuent leur recul, désormais à -18,2%, après -17,8% fin mars. Pour le seul mois d’avril, les dépenses de médicaments issus de la rétrocession reculent de 13,6%.
Le dynamisme des dépenses de dispositifs médicaux se confirme, affichant une progression de 4,2% en année mobile (-0,2 point). Pour le seul mois d’avril, la hausse est de 3,4% (contre 8,8% en comparant le taux de croissance entre mars 2019 et mars 2018).
Pour les établissements sanitaires, la dépense a progressé de 2,4% (+0,2 point).
Les versements ont crû de 2,8% dans le public et de 0,8% dans le privé. Les remboursements en établissements médico-sociaux se sont établis à 1,3%.

L’URPS MÉDECINS LIBÉRAUX MOBILISÉE FACE À L'URGENCE ET LA PRÉCARITÉ DE LA SITUATION DES FAMILLES UKRAINIENNES : MÉMO PRATIQUE
Défilement vers le haut