Coronavirus : en Occitanie, les professionnels de santé s’organisent dans des sites dédiés

 

Les mesures prises par le gouvernement sont-elles suffisantes pour contrer la pandémie ? Comment fonctionne l’organisation de la santé à l’échelle de l’Occitanie ? Ces questions, Sud-Radio les a posées au Dr Maurice Bensoussan, président de l'URPS, l’Union régionale des professionnels de santé - Médecins libéraux d’Occitanie, lors d’un entretien jeudi dernier 19 mars.

« Il est difficile de dire si tout marche bien en Occitanie » dans la lutte contre le coronavirus, a-t-il expliqué jeudi dernier sur les ondes de Sud Radio. « Nous avons une organisation qui va crescendo, un repérage des régions, des territoires où la situation est plus préoccupante. Des organisations se structurent entre établissements, hôpitaux, privés et publics, pour modifier leur façon de travailler. La médecine de ville, également, pour faire face à ce qui nous attend. »

Du fait de l’épidémie, en quoi la médecine de ville revoit-elle son fonctionnement ? « Les médecins généralistes sont prêts à affronter l’épidémie. On voit déjà les patients infectés, à risque d’infection. Nous essayons d’organiser des sites dédiés, qui se mettent en place, avec des initiatives dans une réflexion à 15-20 jours. Des professionnels pensent à se regrouper dans des lieux mis à disposition par des municipalités ou autres, des établissements, afin de poser des rendez-vous pour des gens qui ont besoin d’un avis, de façon à ne pas infecter les autres patients. Nous sommes en train d’organiser les flux pour éviter de propager la contamination. Les autres problèmes de santé, tout ce qui pourra être différé le sera, ou sera abordé par des moyens de télémédecine. »

Les autres professionnels de santé, continuent-ils de consulter en Occitanie ? « Les kinés sont à l’arrêt, sauf pour les pathologies respiratoires. On demande aux médecins spécialistes de se tenir à disposition dans leurs cabinets, de recevoir les patients qu’ils doivent recevoir du fait de leur état de santé, avec les règles de précautions dans les salles d’attente. Et ensuite de rester à disposition, car il y aura des moments plus calmes et des moments de tensions. »

Qu’en est-il du niveau de saturation des services de santé en Occitanie ? « Le CHU se prépare, autour des services lourds, de réanimation, en concertation avec l’Agence régionale de santé. Les hôpitaux ont déprogrammé leurs interventions et, dans certains endroits, les consultations ne se font plus dans les hôpitaux publics. Elles vont basculer sur la médecine de ville. »

Attend-on toujours des masques et du gel ? « Malheureusement, oui. Les stocks arrivent en quantité limitée. Les distributions commencent ce matin Mais les professionnels de la santé doivent être protégés. »

COVID19 – Le bon réflexe : contacter le médecin traitant en première intention
Défilement vers le haut