Augmentation des cas sanitaires graves en lien avec l’usage détourné de protoxyde d’azote (« gaz hilarant »)

Le Directeur Général de la Santé appelle notre attention sur la recrudescence récente de l’usage détourné du protoxyde d’azote, avec une évolution des modes d’usage et des publics concernés qui s’accompagne de cas graves.

Alors que cet usage détourné était connu en milieu festif alternatif, une extension est observée à d’autres contextes festifs (soirées étudiantes dont soirées médecine, festivals…) et à de nouveaux publics (jeunes impliqués dans le trafic de stupéfiants, personnes précaires, collégiens et lycéens) [1].

De plus, sont observés des cas de consommations répétées, voire quotidiennes, au long cours et en grande quantité.

La visibilité de ces pratiques s’est accrue ces derniers mois avec l’abandon de grandes quantités de cartouches usagées dans l’espace public, dans plusieurs régions (Hauts-de-France, Occitanie, Ile-de-France …).

Cette évolution s’accompagne d’une augmentation du nombre de signalements d’effets sanitaires graves aux centres d’addictovigilance (CEIP-A), dont des cas d’atteintes du système nerveux central et de la moelle épinière.

Depuis janvier 2019, 25 signalements d’effets sanitaires sévères ont été notifiés au réseau d’addictovigilance, dont 10 avec des séquelles pour certains cas, 8 provenant de la région Hauts-de-France ; quatre cas de scléroses combinées de la moelle, un cas de tétraparésie, une paraplégie, une polyradiculonévrite aiguë et une myélite transverse ont notamment été signalés en lien avec l’inhalation de protoxyde d’azote.

Vous trouverez ci-joint un point d’information destiné à favoriser la prévention, le diagnostic et la mise en place d’une prise en charge thérapeutique rapide et adaptée des usagers concernés, à renforcer le signalement des cas (coordonnées complètes des CEIP-Addictovigilance d’Occitanie ci-dessous) ainsi que la diffusion de messages de vigilance aux usagers.

[1] OFDT. Tendances, décembre 2018. Substances psychoactives, usagers et marchés : les tendances récentes (2017-2018), consultable ICI

URPS Médecin d'Occitanie Vigilances
Défilement vers le haut