onglet

Nouvelle convention : les avancées à retenir

L’accord est qualifié de « vote de raison » ou de « responsabilité » par plusieurs syndicats signataires

La nouvelle convention est validée par un nombre suffisant de syndicats signataires. Ce contrat entre la profession et l’Assurance-maladie comporte des avancées tarifaires et des incitations pour favoriser l’installation dans les déserts médicaux.

Cinq syndicats représentatifs sur six (CSMF, MG France, SML, FMF et Avenir Spe) ont approuvé le projet, validant ainsi l’accord avec plus de 30 % des suffrages dans chaque collège (généraliste et spécialiste). L’UFML-S a refusé le texte, et l’union syndicale Avenir Spé-Le Bloc a annoncé sa position le 3 juin, veille de la signature. Après six mois de négociations difficiles, cet accord est qualifié de « vote de raison » ou de « responsabilité » par plusieurs syndicats signataires. Bien qu’il ne crée pas le choc d’attractivité espéré, il apporte une « bouffée d’oxygène » sur le plan de la rémunération par rapport au règlement arbitral.

Pour attirer les médecins, la Cnam a alloué 1,6 milliard d’euros, sans compter l’investissement des complémentaires santé, portant l’effort global à près de deux milliards.

Pour les généralistes, la consultation de référence (G) sera revalorisée à 30 euros dès décembre 2024, une augmentation historique qualifiée d’« inédite » par le DG de la Cnam.

Une nouvelle consultation longue à 60 eros pour les patients de plus de 80 ans sera également introduite. Facturée une fois par an, elle s’applique dans trois situations chronophages : sortie d’hospitalisation, déprescription pour les patients polymédiqués, et orientation vers un parcours médico-social. « C’est une étape », a promis Marguerite Cazeneuve, directrice déléguée de la Cnam.

Source : Le QDM – Loan Tranthimy

Partager
Partager