onglet

Transition écologique : des exemples de réussite dans des établissements de santé normands  

Le centre hospitalier Mémorial France Etats-Unis de Saint-Lô a été récompensé pour la création d’un circuit court, bio et solidaire de maraîchage pour la restauration hospitalière.

Plusieurs expériences réussies d’actions de transition écologique dans des établissements de santé et médico-sociaux normands ont été présentées la semaine dernière au congrès de la Fédération hospitalière de France Normandie, à Caen.

 La création d’un circuit court, bio et solidaire de maraîchage pour la restauration hospitalière du centre hospitalier Mémorial France Etats-Unis de Saint-Lô, plusieurs fois récompensée par des prix, est l’une de ces réussites normandes.

L’hôpital Saint-Lois a mis à disposition des terres agricoles (3,5 ha) afin qu’un chantier d’insertion y exerce une pratique maraîchère. Les légumes cultivés sont ensuite transformés dans une légumerie – installée dans des locaux du CH de Coutances – puis livrés, prêts à cuisiner, au groupement d’intérêt public Restauration collective du Centre-Manche au profit des enfants des écoles et des crèches et des patients du CH.

Après deux ans de fonctionnement, 75 tonnes de légumes passent par la légumerie (dont 25% issus du maraîchage bio sur le site de l’hôpital, le reste venant de producteurs locaux qui ont émergé depuis) et cette production représente 80% des besoins en légumes frais du GIP.

Parallèlement, le CHU de Rouen, situé en centre-ville, développe des partenariats territoriaux L’association Campus Santé Rouen Normandie, qu’il forme avec l’université de Rouen, le centre de lutte contre le cancer (CLCC) Henri-Becquerel et le centre hospitalier spécialisé en psychiatrie du Rouvray, a une action d’animation territoriale. Le campus organisera jeudi 28 septembre une matinée débat sur la transition écologique en santé. 

Le CHU de Rouen a une convention avec la Métropole, qui comprend un volet durable. Outre les actions déjà menées sur la mobilité, d’autres axes sont développés. Ainsi, la plateforme logistique et pharmaceutique ouverte par le CHU à l’extérieur de la ville au Grand-Quevilly participe au plan logistique urbaine durable de la Métropole. Elle attire l’ensemble des livraisons et a déjà permis une réduction de 50% des livraisons logistiques, ce qui représente 100 allers-retours par semaine de camions qui n’arrivent plus en centre-ville.

Le groupement hospitalier de territoire (GHT) Rouen Cœur de Seine, dont le CHU de Rouen est établissement support, se lance dans une démarche de certification des fournisseurs responsables.

À l’Institut départemental de l’enfance, de la famille et du handicap pour l’insertion (Idefhi) à Rouen, une analyse du gaspillage alimentaire a été réalisée sur huit mois dans le cadre d’un service civique auprès d’une partie des unités d’accueil. Elle a mis en évidence qu’il était de 36% supérieur à la moyenne nationale (228 grammes contre 176 g), représentant 80 tonnes à l’année soit 450.000 euros par an.

La première source pour 70% était l’inadéquation entre la commande et la présence des convives. Un plan d’action a été mis en place, donnant une large place à la sensibilisation des jeunes et des professionnels et comprenant notamment une amélioration des systèmes d’information pour rapprocher le suivi des présences et les commandes 

(source APMnews) 

Partager
Partager