Recrudescence de cas pédiatriques d’infections invasives à streptocoque A

La DGS préconise de signaler à l’ARS tout cas d’infection invasive à streptocoque A grave nécessitant une hospitalisation, et d’envoyer systématiquement au CNR les souches et prélèvements positifs.

Une recrudescence des cas pédiatriques d’infections invasives à streptocoque du groupe A (IISGA), qui a entraîné l’hospitalisation en réanimation d’au moins huit enfants sans facteurs de risque identifiés, parmi lesquels deux sont décédés, a constaté mardi 6 décembre la DGS. 

Ces cas sont survenus au cours des 15 derniers jours dans les régions Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine. Trois cas adultes ont également été signalés, et l’un d’eux est décédé. Ces cas n’ont pas de lien entre eux et les signalements ne sont probablement pas dus à l’émergence d’une souche plus virulente. Il s’agirait plutôt d’une augmentation inhabituelle du nombre de cas, en lien avec des souches différentes. Une recrudescence de cas a été constaté ces derniers jours avec la survenue d’au moins six décès chez des enfants.

Depuis quelques semaines, les observations de certains professionnels de santé de réanimation et des urgences pédiatriques s’inscrivent dans cette tendance, avec le signalement d’une recrudescence de formes graves et de décès (laryngite/pleuropneumopathies, arrêts cardio-respiratoires inexpliqués brutaux évocateurs de chocs toxiques streptococciques) consécutifs à une infection à streptocoque A chez plusieurs enfants.

Pour le diagnostic, la DGS recommande de réaliser un test rapide d’orientation diagnostique (Trod) streptocoque A devant une angine ainsi qu’à un prélèvement de gorge devant un tableau clinique de scarlatine (la forme bénigne d’une infection à streptocoque), en cas de Trod négatif.

C’est un diagnostic clinique et un Trod négatif ne suffit pas à exclure une infection à streptocoque A. Ces dernières peuvent évoluer vers des formes plus sévères et parfois réanimatoires, constituant le syndrome du choc toxique.

Elle préconise également de signaler à l’agence régionale de santé tout cas d’infection invasive à streptocoque A grave nécessitant une hospitalisation, et d’envoyer systématiquement au CNR les souches et prélèvements positifs.

(source APMnews)

Défilement vers le haut