onglet

Médecin ciblé, que faire en cas de cyberharcèlement ?

Le Cnom souligne l’importance de réagir rapidement, car une réaction inappropriée ou tardive peut aggraver la situation

Suite aux récents cyberharcèlements visant des médecins sur les réseaux sociaux et générant des vagues de haine, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a délivré des conseils sur la marche à suivre en cas de telles situations. Plusieurs précautions et mesures sont suggérées.

SIGNALER ET PROUVER

La première étape consiste à signaler les contenus offensants et leurs auteurs à la plateforme concernée tout en conservant des preuves telles que des captures d’écran indiquant la date, l’heure et l’auteur des contenus. Dans le cas des médecins, déposer une plainte auprès des autorités compétentes, comme la police, la gendarmerie ou le procureur de la République, peut être envisagé. Une plainte à la Cnil peut également être envisagée si la plateforme ne prend pas les mesures nécessaires pour retirer les contenus injurieux ou diffamatoires.

Pour éviter de voir et de subir ces contenus haineux, il est recommandé de bloquer les comptes des auteurs. Certains conseillent également de rendre ses comptes privés, comme l’a fait le Dr Jérôme Barrière, victime de cyberharcèlement sur X.

RÉPONDRE GRADUELLEMENT

Concernant la riposte, le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) avait émis des recommandations dans son rapport « Préserver sa réputation numérique : guide pratique » en 2018.

Lire le rapport

Ces recommandations varient en fonction de la situation et de la stratégie adoptée, allant de la réaction préventive à la réaction offensive. Le Cnom souligne l’importance de réagir rapidement, car une réaction inappropriée ou tardive peut aggraver la situation.

La Cnil rappelle également la responsabilité civile (réparations) et pénale (répression) des auteurs de cyberharcèlement. Des sanctions, notamment des amendes, peuvent être imposées pour des actes tels que l’injure, la diffamation publique, ou le non-respect du droit à l’image.

PAR LÉO JUANOLE – PUBLIÉ LE 02/02/2024

Partager
Partager