PHOTOGRAPHIE DREES DE LA PRATIQUE MÉDICALE : Les médecins généralistes exerçant en groupe travaillent moins que ceux qui exercent seuls

Les jeunes généralistes font de l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle leur priorité dans le choix de leur installation

Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, les médecins généralistes exerçant en groupe déclaraient en 2019 un temps de travail hebdomadaire plus faible que ceux qui travaillent seuls, leur permettant de se consacrer davantage à des activités secondaires et projets de santé.

Les résultats présentés mercredi 11 mai par la DREES, issus de son quatrième Panel d’observation des pratiques et des conditions d’exercice en médecine, peuvent expliquer la tendance à la hausse des installations de médecins en groupe, ces derniers y trouvant une multitude d’avantages. En 2019, en effet, 61% des généralistes libéraux exerçaient en groupe : 32% avec d’autres généralistes (groupes monodisciplinaires), et 29% avec des infirmières et d’autres professionnels de santé (groupes pluriprofessionnels). Les maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP) notamment attirent de plus en plus les jeunes praticiens. Ces dernières fleurissent ainsi sur tout le territoire. Fin 2008, il en existait moins de 20 ; l’an dernier, en 2021, on en recensait plus de 1 800.

Plus qu’avant, les jeunes généralistes font de l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle leur priorité dans le choix de leur installation.  Et cet équilibre, nombre d’entre eux l’ont trouvé dans l’exercice en groupe.

Cela s’observe dans les profils de médecins ayant épousé cet exercice : ils ont 49 ans en moyenne (contre 58 ans en moyenne pour ceux exerçant seuls) et sont plus fréquemment des femmes (43% contre 29% en cabinet seul). 25% des médecins travaillant seuls ont des enfants à charge, contre 43% en groupe monodisciplinaire et 53% en groupe pluriprofessionnel. « La présence d’un collectif, note le rapporteur de la DREES, peut contribuer à améliorer les conditions de travail, car il offre une plus grande flexibilité dans l’organisation de la pratique médicale et favorise, entre autres, le partage de la charge de travail et des contraintes associées à la permanence des soins ».

L’organisme de statistiques rattaché au ministère de la Santé s’est ainsi attardé à étudier les différences de temps de travail déclarés et de conditions de travail perçues par les médecins généralistes en fonction de leur mode d’exercice (seul, en groupe monodisciplinaire ou en groupe pluriprofessionnel). Pour cela, il a mené une enquête en France entière auprès de 3 300 médecins généralistes libéraux, installés au 1er janvier 2018, ayant été déclarés comme médecin traitant par au moins 200 patients et sans modèle d’exercice particulier exclusif (comme homéopathe ou acupuncteur).

Il ressort de cette étude que, quels que soient les territoires, les médecins qui exercent seuls travaillent plus que ceux qui se sont regroupés – surtout dans les espaces de tourisme et de retraite relativement bien dotés en offre de soins. Ils déclarent en moyenne 55,4 heures travaillées par semaine, contre 53,1 heures pour les généralistes exerçant en groupe pluriprofessionnel. En revanche, dans les marges rurales et les espaces urbains défavorisés – dans lesquels ce modèle d’exercice est le plus représenté, notamment sous la forme de MSP conventionnées –, ces derniers consacrent 2 à 3 heures de plus à leur exercice que la moyenne nationale (53,2 heures), soit 56 heures.

Chez les généralistes travaillant avec d’autres généralistes (groupes monodisciplinaires), le temps de travail hebdomadaire est encore davantage réduit. Il est de 50,7 heures en moyenne par semaine.

Cependant, l’effet du sexe du médecin sur le temps de travail déclaré reste le plus important quel que soit le modèle d’exercice considéré, nuance l’étude. Selon une étude menée en ligne en 2019, les femmes médecins généralistes déclarent travailler en moyenne plus de 5 heures de moins par semaine que leurs confrères, du fait d’un temps dédié aux activités libérales beaucoup plus faible. Le quatrième panel précise que des analyses descriptives complémentaires ont montré que cet écart subsiste quel que soit le modèle d’exercice considéré.

Le temps de travail varie par ailleurs en fonction de l’âge : il augmente jusqu’à environ 58 ans et diminue ensuite jusqu’à la fin de carrière du médecin.

Par ailleurs, au cours d’une année, les généralistes exerçant en groupe prennent significativement plus de congés que leurs confrères qui sont seuls : une semaine supplémentaire en moyenne pour les médecins exerçant en groupe monodisciplinaire, et près de 0,7 semaine de plus pour les médecins en groupe pluriprofessionnel. Ces écarts peuvent être liés au fait que l’exercice collectif facilite la gestion des absences ponctuelles et des congés annuels, grâce à la prise en charge des patients par des confrères ou des consœurs de la structure pendant les absences et/ou par mutualisation du recours aux remplaçants.

Plus que sur le temps de travail total, c’est dans la répartition du temps entre activités libérales et activités secondaires (principalement salariées) que l’exercice pluriprofessionnel se distingue. Il est globalement associé à un moindre volume horaire dédié aux activités libérales avec, en revanche, plus de temps consacré aux activités secondaires.

Que ces médecins aient choisi un exercice regroupé pour mieux concilier leurs activités libérales et secondaires ou que leur choix d’une activité mixte soit la conséquence de celui-ci, la plus grande flexibilité liée à ce modèle d’exercice semble être associée au fait de s’investir davantage dans des activités secondaires. Cela est également vrai pour les investissements dans des projets de santé, peut-on observer. En effet, les généralistes exerçant avec d’autres professions de santé sont, selon l’étude la DREES, pour plus du quart d’entre eux, impliqués dans des projets territoriaux (27%) : communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), équipes de soins primaires (ESP), etc. Ce taux monte à 67% pour les médecins dans les MSP conventionnées, soit 2 praticiens sur 3. En revanche, ils sont moins de 10% à l’être chez les médecins généralistes exerçant seuls.

L’engagement dans une ESP ou une CPTS entraîne cependant une augmentation du temps de travail hebdomadaire de plus de 2 heures par semaine.

Globalement, les médecins généralistes exerçant en groupe se disent plus satisfaits quant à leur exercice. Ils déclarent plus souvent un meilleur équilibre entre leur vie familiale et leur vie professionnelle. Conséquence, selon la Drees, d’un temps de travail assoupli et de congés annuels plus nombreux. En effet, en contrôlant des différences de temps de travail, les résultats changent significativement et seul l’exercice en MSP ACI continue à être associé à une meilleure perception des conditions de travail. Ainsi, les spécificités et missions offertes en MSP ACI (cahier des charges spécifique, dossiers partagés, temps de coordination dédiés, rémunération additionnelle de la structure…) apparaissent importantes pour les généralistes, et ce, au-delà des conséquences qu’elles peuvent avoir sur les temps de travail.

(source DREES)

L’URPS MÉDECINS LIBÉRAUX MOBILISÉE FACE À L'URGENCE ET LA PRÉCARITÉ DE LA SITUATION DES FAMILLES UKRAINIENNES : MÉMO PRATIQUE
Défilement vers le haut