Manifestation d’internes devant le ministère de la santé pour s’opposer à la coercition

Plusieurs centaines de manifestants, principalement des étudiants en médecine et des internes se sont réunis vendredi 14 octobre devant le ministère de la santé et de la prévention pour dire « non à la coercition ».

Les représentants des étudiants et des internes s’opposent à plusieurs dispositions, notamment envisagées dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2023, celle ouvrant la voie au conventionnement sélectif des médecins libéraux. Les articles de loi fixent à quatre ans la durée du diplôme d’études spécialisées de médecine générale, dont la dernière année serait consacrée à un stage ambulatoire en priorité dans les zones sous-dotées et renforcent la régulation de l’intérim en début de carrière des professionnels de santé.

En parallèle de la manifestation, des syndicats avaient déposé un préavis de grève, pour des durées différentes. Selon eux, 25% des internes, toutes spécialités confondues, ont fait grève, vendredi 14 octobre. En médecine générale, 41% d’internes étaient grévistes. Dans les CHU, le mouvement a été suivi de manière hétérogène.

(source APMnews)

Défilement vers le haut