Les syndicats des médecins libéraux suspendent leur participation aux négociations conventionnelles

« La protestation est unanime ; les médecins libéraux exigent que la négociation ne se fasse pas sous contrainte et que la convention garde sa pleine valeur » écrivent les représentants des syndicats

Les six syndicats représentatifs des médecins libéraux ont fait savoir jeudi 19 janvier qu’ils suspendaient leur participation aux négociations de la future convention médicale, en dénonçant en substance l’ingérence du gouvernement

(voir article Les députés élargissent la participation à la permanence des soins ambulatoires).

Dans un communiqué, les syndicats de médecins libéraux constatent que « les négociations conventionnelles sont mises sous tutelle de plusieurs textes législatifs et plombées par la volonté du seul gouvernement ». Ils évoquent la loi de financement de la sécurité sociale pour 2023, dont l’objectif national des dépenses d’assurance maladie de ville est jugé insuffisant, mais aussi la proposition de loi « portant amélioration de l’accès aux soins par la confiance aux professionnels de santé » adoptée ce jeudi 19 janvier en première lecture à l’Assemblée nationale, et la proposition de loi transpartisane de visant à réguler l’installation des médecins.

Les députés ont ainsi approuvé dans la proposition de loi Rist, l’inscription dans le code de la santé publique du principe d’un « engagement territorial » en matière d’accès aux soins pour les médecins libéraux, quelques jours après que l’assurance maladie a proposé aux syndicats un « contrat d’engagement territorial » intégrant quatre thématiques d’accès aux soins.

« La protestation est unanime ; les médecins libéraux exigent que la négociation ne se fasse pas sous contrainte et que la convention garde sa pleine valeur » écrivent les représentants des syndicats, exigeant que « les moyens mis en œuvre par la nation soient en rapport avec les besoins de santé réels de la population ». Dans l’attente d’un « signal favorable et fort du gouvernement », ils suspendent leur participation à la négociation conventionnelle.

____

(*) Le communiqué est cosigné par la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF), la Fédération des médecins de France (FMF), MG France, le Syndicat des médecins libéraux (SML), l’union syndicale composée d’Avenir Spé et Le Bloc et le syndicat de l’Union française pour une médecine libre (UFMLS).

(source APMnews)

Défilement vers le haut