Les sages-femmes autorisées à vacciner contre davantage de pathologies

Ces professionnels sont désormais autorisés à prescrire et administrer 18 vaccinations aux femmes

Le champ des vaccinations que peuvent prescrire et pratiquer les sages-femmes aux mineurs, aux femmes, et aux personnes vivant régulièrement dans l’entourage d’un enfant ou d’une femme enceinte est élargi.

Après la publication d’un avis de la Haute autorité de santé fin janvier, favorable à l’élargissement de la vaccination par les sages-femmes, un arrêté de mars/avril est venu étendre la liste des vaccinations que ces professionnels peuvent prescrire et administrer. Depuis jeudi 18 août, le ministère de la santé et de la prévention allonge à nouveau cette liste. S’agissant des femmes, les sages-femmes pourront désormais prescrire et administrer des vaccinations contre la fièvre jaune, le zona et la rage.

Ces professionnels, désormais autorisés à prescrire et administrer 18 vaccinations aux femmes selon les recommandations du calendrier vaccinal, ne sont cependant pas autorisés à prescrire des vaccins vivants atténués chez les femmes immunodéprimées.

Les sages-femmes peuvent prescrire et administrer la vaccination contre la grippe saisonnière chez les femmes, y compris chez celles non ciblées par les recommandations vaccinales en vigueur.

Le second article de l’arrêté du jeudi 18 août vient modifier la liste de vaccins que peuvent prescrire et administrer les sages-femmes aux mineurs. Jusqu’à présent, deux listes existaient, la première concernant les nouveau-nés, la seconde concernant les enfants âgés de 16 ans et plus. Les deux listes sont désormais fusionnées en une seule de 21 vaccinations qui concerne les mineurs. Cette liste est par ailleurs complétée, les vaccinations contre la rubéole, la rougeole et les oreillons (ROR), contre la varicelle, contre la fièvre jaune et contre les infections invasives à Haemophilus Influenzae de type B y étant ajoutées.

De la même façon que pour les femmes, les sages-femmes ne sont pas autorisées à prescrire des vaccins vivants atténués chez les mineurs immunodéprimés.

Que ce soit pour les femmes ou pour les mineurs, les sages-femmes prescrivent ou utilisent des vaccins monovalents ou associés.

Enfin, les sages-femmes peuvent prescrire et administrer, dans les mêmes conditions, les mêmes vaccinations que celles à destination des femmes et des mineurs, aux personnes qui vivent régulièrement dans l’entourage de l’enfant ou de l’entourage de la femme enceinte.

(source APMnews)

Défilement vers le haut