Les psychiatres d’exercice public confirment leur grève le 29 novembre

Selon les syndicats des psychiatres, « la psychiatrie de secteur est particulièrement mise à mal ».

Les quatre syndicats de psychiatres d’exercice public, le SPH, l’USP, l’Idepp et le Spep, confirment leur appel à une journée de grève mardi 29 novembre pour protester « contre l’abandon de la psychiatrie, de ses professionnels et de ses patients », et demandent à être reçus au ministère de la santé.

Selon les syndicats des psychiatres, la discipline psychiatrique continue de « traverser une crise sans précédent ». Ils confirment donc leur appel à la grève mardi 29 novembre. « Alors que les citoyens frappés dans leur existence par des troubles psychiatriques doivent pouvoir trouver dans l’accueil et les soins de la psychiatrie publique la garantie du respect de leurs droits et de leur liberté, disent-ils, l’État ne donne pas les moyens à la psychiatrie publique de pouvoir offrir une continuité et une proximité des soins à la population », en soulignant que « la psychiatrie de secteur est particulièrement mise à mal ».

Cet abandon de la psychiatrie publique se caractérise, selon eux, au quotidien notamment par le manque criant de lits d’hospitalisation complète et des fermetures régulières de centres médico-psychologiques, liés à une pénurie médicale et paramédicale qui touche aujourd’hui cinq établissements hospitaliers sur six, ce qui est « d’autant plus dommageable en période post-Covid, période pendant laquelle la souffrance de la population n’a cessé de croître en même temps que les demandes et besoins de soins ». 

(source APMnews)

Défilement vers le haut