L’épidémie de Monkeypox reste une urgence de santé publique de portée internationale

4 094 cas confirmés de Monkeypox ont été recensés en France depuis le début de l’épidémie

En début de semaine, le troisième comité d’urgence réuni par l’Organisation mondiale de la santé a estimé que l’épidémie d’infections à virus Monkeypox restait une urgence de santé publique de portée internationale.

Déclarée en mai 2022, cette épidémie est considérée comme une urgence de santé publique de portée internationale. Le troisième comité d’urgence a estimé que bien que des progrès aient été faits dans la réponse globale à l’épidémie et qu’un recul du nombre de nouveaux cas soit observé à l’échelle mondiale, des inquiétudes persistent. La raison, les inégalités de réponse entre les États membres, notamment avec l’absence d’accès équitable au diagnostic, aux vaccins et aux traitements, et le risque de conséquences sanitaires accrues pour les populations vulnérables ou encore du risque de discriminations.

Aujourd’hui, quelque 77.000 cas ont été recensés dans le monde, pour l’essentiel dans des pays qui étaient jusqu’alors considérés comme non endémiques (102 pays sur 109). Treize décès sont survenus dans des pays non endémiques, dont deux en Espagne, un en Belgique et un en République tchèque en ce qui concerne la zone européenne.

En France, un pic de contaminations (sur la base des cas confirmés biologiquement uniquement) a été observé fin juin-début juillet, après quoi le nombre de cas confirmés a progressivement et régulièrement baissé. Selon les données au 25 octobre mises en ligne par Santé publique France, 4 094 cas confirmés de Monkeypox ont été recensés en France depuis le début de l’épidémie.

(source APMnews)

Défilement vers le haut