Le SNOF s’alarme des dépenses de santé en centre de santé ophtalmologique

Le Syndicat national des ophtalmologistes de France s’est alarmé des dépenses de santé en centre de santé ophtalmologique, à la suite de la publication du rapport sur les charges et produits de l’assurance maladie pour 2021.

Le conseil de la Caisse nationale de l’assurance maladie constate que depuis 2015, le nombre de personnes prises en charge dans la filière visuelle en milieu libéral croît de près de 400.000 patients (+2%) chaque année. Cette augmentation de la patientèle tient, selon elle, sur cette période, à « une augmentation de l’efficacité des cabinets libéraux d’ophtalmologie, au renforcement de la collaboration avec les orthoptistes et au développement des centres de santé ». Et la CNAM d’indiquer : « Si le développement de ces centres est positif puisqu’il permet à un plus grand nombre de patients d’être pris en charge, l’analyse de certaines de leurs pratiques tarifaires pose question ».
La Cnam note que « l’analyse détaillée des données de facturation de 2019 de plusieurs centres est même étonnante ». En effet, par exemple, sur environ 110 centres de santé ayant facturé des soins ophtalmologiques à au moins 500 patients cette année, 22 centres (20%) facturaient en moyenne pour la prise en charge d’un patient, quel que soit le nombre de contact avec le centre durant l’année, plus de 82 euros (HSD [honoraires sans dépassement]) hors orthoptie, 10 centres plus de 100 euros et 1 centre plus de 200 euros. En comparaison, un cabinet libéral facturait en moyenne 58 euros, et 90% des cabinets libéraux facturaient en moyenne moins de 82 euros.
Le Snof s’est félicité de cette enquête qui permet de faire toute la lumière sur les hausses de dépenses qui avaient conduit la Cnam à imposer des baisses de cotations pour tous les ophtalmologistes. « Ces résultats viennent par ailleurs confirmer que le tiers payant est un élément favorisant la fraude et la surfacturation », a ajouté le syndicat. Il poursuit : « ces résultats mettent en lumière un phénomène latent et ignoré jusqu’alors des payeurs, à savoir une dérive tarifaire importante au sein de nouveaux centres de santé ophtalmologiques, portant préjudice à toute la spécialité. Nous alertons depuis longtemps sur ces pratiques déviantes et indignes de professionnels de la santé ».

(source : APMnews)

Défilement vers le haut