La téléconsultation médicale marche deux fois mieux dans les zones sous-dotées

9 téléconsultations sur 10 ont donné lieu à une prescription, ce qui est semblable aux consultations classiques.

Les patients résidant en zone d’intervention prioritaire (ZIP) ont 2,5 fois plus recours à la téléconsultation que la population générale, selon une étude observationnelle du LET (Les Entreprises de télémédecine).

L’étude du LET porte les données de téléconsultation de sept sociétés membres des entreprises de télémédecine qui sont soit des éditeurs logiciels de téléconsultation, soit des offreurs de soins à distance : Doctolib, Feeli, Livi, Medadom, Qare, Teladoc et Tessan. Ont été analysées un peu moins de 2 millions de téléconsultations ambulatoires non hospitalières réalisées en France entre le 1er août et le 30 novembre 2021 par 84 000 patients. Le quart de l’échantillon (25 %) vit en ZIP, contre 17,3% de la population générale.

L’âge moyen de patients téléconsultant est de 30 ans, et l’âge médian de 27,7 ans. Il s’agit majoritairement de femmes, à 64,3%, mais il n’y a pas de différence entre les sexes en termes de catégories d’âge. Des patients non affiliés à la sécurité sociale, bénéficiaires de l’aide médicale d’Etat (AME) ou de la couverture complémentaire santé solidaire y ont également recours.

Les patients téléconsultant sont 27,6 % à ne pas avoir de médecin traitant, et jusqu’à 29 % en ZIP, contre 11 % de la population générale.

Les téléconsultations ont lieu à 90,6 % en semaine, à 88,6 % de jour, et à 19,1 % hors permanence des soins.

Ces chiffres sont comparables à l’exercice présentiel et soulignent l’intérêt de la téléconsultation pour un possible renfort le soir et le week-end. L’activité de nuit est plus importante le week-end : 17,2 %, contre 10,8 % la semaine.

Près de 9 téléconsultations sur 10 (89 %) sont avec un généraliste. La grande majorité (88 %) est sur rendez-vous, mais la proportion sans rendez-vous double le week-end, passant de 10% à 23 %.

Le délai d’attente est de 9 heures en moyenne et de 1,98 heures en médiane, toutes spécialités confondues. Pour les généralistes, il est de 4,9 heures en moyenne et 1 heure en médiane.

Enfin, 9 téléconsultations sur 10 (89 %) ont donné lieu à une prescription, ce qui est semblable aux consultations classiques, et près de 1 sur 10 (10 %) a donné lieu à une orientation physique.

(source APMnews)

L’URPS MÉDECINS LIBÉRAUX MOBILISÉE FACE À L'URGENCE ET LA PRÉCARITÉ DE LA SITUATION DES FAMILLES UKRAINIENNES : MÉMO PRATIQUE
Défilement vers le haut