Grand âge et handicap : la journée de solidarité doit rapporter cette année 3 milliards d’euros

La journée de solidarité est un jour travaillé mais non payé.

La journée de solidarité devrait rapporter 3 milliards d’euros (au bénéfice de la prise en charge des personnes âgées et des personnes handicapées).

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) publie chaque année un chiffrage prévisionnel de ce que rapporte cette journée, juste avant le lundi de Pentecôte, choisi en 2004 comme jour travaillé mais non payé. Pour 2022, la caisse évoque 3 milliards d’euros de recettes qui se décomposent en 2,2 milliards d’euros provenant de la contribution solidarité autonomie (CSA), « Journée de solidarité » à proprement parler, et 800 millions d’euros de recettes de la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (Casa) des retraités et préretraités imposables. Pour rappel, la CSA est constituée d’une part, d’une enveloppe de 0,3% de la masse salariale versée par les employeurs publics et privés, et d’autre part, de 0,3% des revenus des placements et du patrimoine.

Recettes jugées historiques de la CNSA, la journée de solidarité ne constitue désormais plus qu’une part très minoritaire du financement de la branche autonomie, qui est garanti, depuis le 1er janvier 2021, par l’affectation à la CNSA, d’une fraction de contribution sociale généralisée (CSG).

(Source APMnews)
L’URPS MÉDECINS LIBÉRAUX MOBILISÉE FACE À L'URGENCE ET LA PRÉCARITÉ DE LA SITUATION DES FAMILLES UKRAINIENNES : MÉMO PRATIQUE
Défilement vers le haut