Emmanuel Macron veut une révolution culturelle pour renforcer les partenariats public-privé dans la santé numérique

Le président de la République Emmanuel Macron, au salon Vivatech, a prôné une révolution culturelle à mener pour renforcer et multiplier les collaborations entre acteurs publics et privés de santé afin d’accélérer l’innovation technologique dans le secteur.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est sante-numerique-1.jpg.
« Bâtir des stratégies coopératives entre l’hôpital et la ville, entre les médecins et les paramédicaux, pour dégager du temps aux médecins, optimiser l’offre qui est sous contrainte et permettre de mieux faire le travail. »

Remerciant, au cours de ce salon, les start-up de la santé numérique qui « contribuent à l’effort collectif » et les félicitant pour « ce qui a été fait ces dernières années », en référence au boom du recours aux nouvelles technologies pour lutter contre la crise sanitaire du Covid-19, Emmanuel Macron a d’abord pointé « l’énorme défi pour notre système de santé » qu’est la formation, et a évoqué plusieurs pistes pour favoriser l’innovation. « Au fond, a déclaré le Président de la République, on a fait une erreur stratégique dans la formation des talents. On a pensé que la santé était un secteur sur lequel on pouvait faire des gains en régulant par l’offre. Mais dans un pays où l’on vit de plus en plus vieux et avec des maladies chroniques et bien, ça ne marche pas ! Ce n’est pas parce qu’il y a moins de médecins qu’il y a moins malades donc on a un problème qui va durer (…) La clé pour que nos soignants puissent mieux faire leur travail et que les patients puissent être mieux accompagnés repose sur deux choses. Il faut un changement de méthode complet, il faut déverrouiller le système et donner plus de liberté localement, parce qu’au fond, les problèmes sont sous contraintes locales et ils sont très hétérogènes. On va lancer dès l’automne un débat de fond, avec un cahier des charges très simple : 1 200 à 1 500 débats territoriaux pour bâtir une feuille de route, qui donnera lieu ensuite à une contractualisation. La logique est de bâtir des stratégies coopératives entre l’hôpital et la ville, entre les médecins et les paramédicaux, pour dégager du temps aux médecins, optimiser l’offre qui est sous contrainte et permettre de mieux faire le travail. »

Le deuxième levier d’action identifié par Emmanuel Macron, repose sur l’innovation : « elle se bâtit, elle aussi, au niveau national et décentralisé. Comment gagner de l’offre de soins en optimisant tout ce qui peut l’être par de l’innovation technologique de rupture ? Par de la data, par l’amélioration de la gestion des flux de nos hôpitaux et l’amélioration de la gestion du temps de nos professionnels de santé. C’est une révolution culturelle dans notre pays et il se trouve que nous avons une chance pour le sujet de la data et de la transformation numérique du système de santé, c’est notre jacobinisme. »

(source APMnews)

L’URPS MÉDECINS LIBÉRAUX MOBILISÉE FACE À L'URGENCE ET LA PRÉCARITÉ DE LA SITUATION DES FAMILLES UKRAINIENNES : MÉMO PRATIQUE
Défilement vers le haut