Dans un lycée du Lot, la médecine suscite des vocations

18 élèves en première et 13 en terminale se sont inscrits à l’option cette rentrée

Pour motiver les jeunes ruraux à entamer des études médicales, Saint-Céré, une commune du Lot, a mis en place une option santé dès le lycée, composée de cours d’anatomie, de physiologie mais aussi de prises de notes et de gestion du stress. Ces cours s’accompagnent d’interventions de médecins et d’étudiants de la faculté de limoges qui sont invités à intervenir directement auprès des lycéens. 

L’option « santé » est délivrée en première et en terminale ; les élèves peuvent suivre 90 heures de cours supplémentaires pour se préparer à entamer des études de médecine.

Dès la première promo, cinq élèves de terminale ont intégré l’option santé du lycée. Trois d’entre eux ont ensuite été admis en Pass à Limoges (parcours d’accès spécifique santé), un autre en institut de formation en soins infirmiers (IFSI). En septembre, l’option a pris de l’ampleur, avec 18 élèves inscrits en première et 13 en terminale.

Au programme en première et en terminale : deux à trois heures de cours supplémentaires par semaine avec des enseignements d’anatomie, de biologie cellulaire, d’immunologie, de physiologie ou encore de chimie. Les lycéens suivent des modules de méthodologie, de gestion du stress, de mémorisation ou encore de prise de notes pour bien se préparer à la Pass, cette année difficile car très concurrentielle.

Dans l’option santé, pas de notes, ni de devoirs, « l’objectif, selon les organisateurs de l’option Santé, est surtout qu’ils gardent leur motivation ».

 (source Léa Galanopoulo – Le Quotidien du Médecin)

Défilement vers le haut