Cyrille Chaugne « le dispositif numérique de coordination interoperable a des ratés au quotidien »

Photographe Montpellier

Le Docteur Cyrille Chaugne se félicite du succès de Médimail et de Médicam. Il a fallu surmonter beaucoup d’obstacles pour y parvenir. Aujourd’hui, le médecin toulousain se bat sur un autre front, le dispositif numérique de coordination interopérable qui devrait être bien utile pour le lancement des CPTS
« Je porte un projet de CPTS à Toulouse. Malheureusement, nous avons fait le constat d’un retard à l’allumage concernant les outils de coordinations qu’aurait dû nous présenter le GRADeS qui a pour mission, notamment, de structurer les outils numériques santé dans la région. Aujourd’hui, le groupement régional d’appui au développement de la e-santé nous propose deux solutions digitales. En ce qui concerne SPICO discussion, un Tchat sécurisé, on ne peut pas dire que les médecins s’en sont emparés. Seuls 700 d’entre eux ont téléchargé l’applicatif et il y a eu quelques 900 échanges, ce qui est très peu. Cela montre combien il est difficile de changer les usages…Quant à SPICO Dossiers, cet outil de coordination en cours d’élaboration doit être mis en place dans les mois qui viennent. Il permettrait à notre CPTS de démarrer avec une solution d’échanges de données en pluri-professionnel. Le lancement des CPTS constitue le gros chantier de l’URPS. Les projets arrivent à maturité. Nous sommes pressés d’être en mesure d’opérer un choix sur un outil numérique pour assurer ce travail de coordination qui est le fondement de la CPTS. Pour l’instant, SPICO DOSSIER n’est pas mis à disposition, il est compliqué de choisir ce que l’on ne peut pas tester ! On ne sait pas s’il va être interopérable avec les logiciels métiers des professionnels et dans quelles mesures il va être interfaçable avec l’outil digital du SAS (service d’accès aux soins) qui est l’autre chantier sanitaire de structuration du système de soins en Haute-Garonne. Ce SAS va permettre de répondre aux demandes de soins non-programmés qui n’auront pas trouvé de réponse dans le parcours habituel des soins. Il y a une complémentarité de missions entre les CPTS et le SAS, il leur faut donc un outil digital de mise en coordination. Il y a un véritable hiatus pour tous ces chantiers SAS et CPTS pour l’instant avec ce dossier digital en attente. Nous en sommes à réfléchir à une solution simple qui recense les volontés des professionnels de participer à la prise en charge des soins non programmés tout en leur proposant de reprendre leurs outils de prises de rdv pour ne pas changer leurs usages, c’est peut-être là la clef de la réussite ! »

Défilement vers le haut