Covid long : un an après l’infection, la majorité des symptômes a disparu

Les symptômes les plus persistants même un an après l’infection étaient l’essoufflement, la fatigue ou faiblesse, suivis par la perte de goût et d’odorat

Le Covid long a peut être bien une fin. La majorité des symptômes se résolvent dans la première année après l’infection, d’après une étude israélienne, et jusqu’à 90% dans une étude française. Reste que certains symptômes persistent, pour des raisons encore inconnues.

Deux millions de personnes souffrent de la forme longue du Covid-19. Après de nombreuses incertitudes quant à la durée des symptômes parfois très invalidants, allant de la toux à la confusion mentale, de nouvelles données suggèrent le début de la fin de cette pathologie après un an. C’est le délai après lequel la plupart des symptômes du Covid long qui fait suite à une infection modérée ont disparu, conclut une étude israélienne sur des centaines de milliers de patients. Cette étude confirme des observations françaises précédemment publiées.

Le Covid long, potentiellement très handicapant

Fatigue extrême, perte de l’odorat ou du goût, confusion mentale, essoufflement anormal : ces symptômes du Covid long sont les plus courants, mais il en existe en réalité une soixantaine de répertoriés, incluant la perte de cheveux ou les difficultés d’éjaculation. Environ 30 % des personnes infectées par le Covid-19 souffrent de Covid long, d’après Santé Publique France, tandis qu’au Royaume-Uni, une étude estimait les malades en mars 2022 à 2,4% de la population (1,5 million de personnes).  90% des symptômes se résolvent dans la première année

Pour nombre de ces patients apparemment sans recours, la nouvelle étude israélienne parue dans le British Medical Journal pourrait annoncer ou expliquer la fin du tunnel. Le Covid-19 modéré n’entraîne pas de morbidité grave ou chronique à long terme, concluent les chercheurs d’après leur analyse des données de santé de près de 300 000 Israéliens testés positifs. Mieux, la plupart des symptômes dont souffrent les patients atteints de Covid long sont restés pendant plusieurs mois et sont revenus à la normale au cours de la première année après l’infection.

Des conclusions qui confirment des résultats français publiés à l’été 2022. Selon le Dr Olivier Robineau, infectiologue au centre hospitalier de Tourcoing et coordinateur de l’action Covid long de l’ANRS Maladies infectieuses émergentes, 90 % des symptômes persistants étaient résolus en un an.

Dans les deux études, les symptômes les plus persistants même un an après l’infection étaient l’essoufflement, la fatigue ou faiblesse, suivis par la perte de goût et d’odorat.

(source Camille Gaubert – Sciences et Avenir)

Défilement vers le haut