onglet

Convention médicale : l’assurance maladie avance ses pions sur le forfait médecin traitant

La revalorisation représenterait pour chaque praticien un supplément de 2 000 € environ

L’assurance maladie a présenté de premières propositions visant à revaloriser le forfait patientèle médecin traitant, à hauteur d’environ 100 millions d’euros en année pleine, dans le cadre de la négociation de la future convention médicale. 

Recevant, le jeudi 21 décembre, les six organisations syndicales représentatives des médecins libéraux (MG France, SML, FMF, CSMF, Avenir Spé-Le Bloc et UFML-S), les représentants des complémentaires et des jeunes praticiens et étudiants au siège de la Caisse nationale de l’assurance maladie, le directeur de l’UNCAM, Thomas Fatôme a fait le point sur les questions de pertinence et de qualité des soins, du renforcement du rôle du médecin traitant et du travail en équipe, les mesures spécifiques aux spécialités et l’articulation entre le premier et le second recours. Il a déçu en indiquant que les propositions de revalorisations pour les spécialités cliniques seraient formulées lors de la prochaine multilatérale programmée jeudi 25 janvier 2024.

Lors de cette réunion, l’assurance maladie a tout de même proposé la revalorisation du forfait rémunérant les praticiens désignés comme médecin traitant, à hauteur de 100 M€ en année pleine. Cette revalorisation s’ajouterait à celle déjà intervenue avec le règlement arbitral publié fin avril qui représentait 50 M€. Elle représenterait pour chaque praticien une rémunération supplémentaire de 2 000 € environ, soit 3 000 € en comptant la hausse intervenue avec le règlement arbitral.

L’UNCAM a proposé, au sein de cette même enveloppe, trois déclinaisons possibles d’évolution du FPMT, en fonction de l’âge des patients en affection de longue durée et des enfants jusqu’à 6 ans, voire en modulant son montant en privilégiant les médecins ayant vu au moins une fois le patient l’ayant désigné médecin traitant.

D’autres propositions ont été faites pour valoriser la patientèle précaire, la prise en compte des patients en situation de handicap et la coopération avec des infirmiers de pratique avancée, et pour simplifier l’embauche d’un assistant médical.

En matière de pertinence et de qualité, l’assurance maladie a fait la synthèse des objectifs qui pourraient être proposés soit de manière individuelle soit de manière globale à la profession, en matière de réduction des dépenses de médicaments, de dispositifs médicaux et d’autres prescriptions, sur la base de référentiels. 

LIRE  la présentation faite par la CNAM aux syndicats médicaux

(source APMnews)

Partager
Partager