Contre la coercition, les internes se mobilisent vendredi 14 octobre

Les internes appellent à manifester contre le projet de stage ambulatoire dans les zones sous-dotées

L’Intersyndicale nationale des internes et l’Intersyndicale nationale autonome représentative des internes de médecine générale ont appelé à manifester, vendredi 14 octobre, devant le ministère de la santé et de la prévention à Paris, avec un mot d’ordre « non à la coercition ».

Un préavis de grève nationale illimitée concernant l’ensemble des activités des internes a été déposé pour commencer à partir du lundi 10 octobre. Les syndicats s’opposent à la mesure de l’article 23 du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2023 qui propose de fixer à quatre ans la durée du diplôme d’études spécialisées (DES) de médecine générale, dont la dernière année serait consacrée à un stage ambulatoire en priorité dans les zones sous-dotées.

Ils déplorent que cette mesure ait été inscrite dans le PLFSS « sans même attendre les conclusions de la mission » chargée d’accompagner la création de cette quatrième année d’internat en médecine générale, confiée par les ministères de la santé et de la prévention et de l’enseignement supérieur et de la recherche, dimanche 25 septembre, à plusieurs personnalités.

Le syndicat demande donc le « retrait » de ce « cavalier social ».

Défilement vers le haut