onglet

CHU Montpellier : l’étude Marianne mène une recherche sur l’autisme et les troubles du neurodéveloppement

Portée par le CHU de Montpellier, l’étude « Marianne » est un programme de recherche scientifique d’envergure sur l’autisme et les troubles du neuro-développement chez l’enfant.

Cette étude Marianne répond à l’un des principaux objectifs de la stratégie nationale autisme au sein des troubles du neuro-développement 2018-2022 : celui de constituer une grande base de données fiable pour la recherche sur les déterminants des troubles du neurodéveloppement. Elle répond à une commande publique, financée par l’État dans le cadre du programme Investissement d’avenir 2030 de l’Agence nationale de la recherche.

Les troubles du neuro-développement correspondent à des difficultés fréquentes et durables du développement, pouvant affecter divers domaines du fonctionnement (comme les cognitions ou la motricité) et observables très tôt au cours du développement chez l’enfant. Les classifications médicales internationales comme le DSM-5 distinguent différentes catégories de troubles : Trouble Déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H), trouble du développement intellectuel (TDI), Trouble Développemental de la Coordination (TDC), Trouble du langage (TLO), Troubles des apprentissages (dyslexie, dyscalculie, dysorthographie) et Trouble du spectre de l’autisme (TSA). Environ 17% des enfants de moins de 16 ans sont concernés par les troubles du neurodéveloppement et 1 à 2% par le trouble du spectre de l’autisme.

Une prédisposition génétique joue un rôle important dans la survenue de ces troubles. Cependant leur origine multifactorielle est de plus en plus mise en avant en lien avec des modifications épigénétiques sous-tendues par les effets de l’environnement durant la vie intra-utérine. Ainsi, les expositions à des produits chimiques (comme certains pesticides, la pollution atmosphérique ou les perturbateurs endocriniens) mais aussi d’autres facteurs (alimentation, habitude de vie ou adversité sociale) pourraient être impliquées dans la genèse des TND.

En effectuant le suivi à long terme dès la grossesse de 1200 enfants qui ont un risque accru d’avoir des TND comparés à 500 enfants témoins de la population générale, la cohorte MARIANNE permet de recueillir d’importantes informations sur les déterminants biologiques et environnementaux du développement et de la santé des enfants.

__________________________________________

Soutenir l’étude

Les familles recrutées dans la cohorte MARIANNE sont les suivantes : des femmes enceintes majeures et ayant un enfant autiste ou n’ayant pas d’enfant avec des difficultés de développement.

Vous pouvez jouer un rôle majeur dans la réussite de ce projet :

> En diffusant ce message aux femmes enceintes susceptibles de participer

> En les invitant à contacter l’équipe MARIANNE au : 04 67 33 85 39 ou à l’adresse suivante :     cohorte-marianne@chu-montpellier.fr

> En affichant le poster MARIANNE dans vos espaces d’attente ou tout d’accueil du public, et en mettant à disposition des familles des dépliants d’information que vous pouvez télécharger sur notre site internet ou commander à cohorte-marianne@chu-montpellier.fr

Pour en savoir plus : RDV sur le site www.cohorte-marianne.org

Partager
Partager