Au quotidien avec la pandémie : Mathilde Minet, médecin généraliste à Mende (Lozère)

« Vous savez, Docteur, On ne craint rien, nos vaches ont le coronavirus, donc nous sommes immunisés ! »

Elle parle de cette période comme s’il s’agissait d’un ancien temps, un temps disparu : « Avant le confinement, j’ai pris des mesures très tôt : je faisais des téléconsultations et je faisais attendre les patients dans leur voiture plutôt que dans la salle d’attente. Ils trouvaient ça bizarre. C’était un peu décalé mais j’ai préféré prendre mes précautions dès le début. »

Le Dr Mathilde Minet s’est installée il y a sept ans, à la fin de ses études, dans une ville qu’elle adore : Mende en Lozère. Un département béni des Dieux en pleine pandémie : aucun décès à ce jour, « une personne intubée et six ou sept cas confirmés et hospitalisés sans que ce soit gravissime pour l’instant ». Ici, rien ne semble être concerné par l’actualité, comme si une sorte de temps suspendu s’était accroché pour quelques décennies aux toits rapprochés de la rue Basse de Mende. Une histoire fait beaucoup rire Mathilde Minet : « Les agriculteurs me disent : « Vous savez Docteur, on ne craint rien, nos vaches ont le coronavirus donc nous sommes immunisés ». Ils expliquent qu’ils disposent d’un vaccin pour les vaches, cousin supposé de celui contre le coronavirus. Dès lors, les vaches ne peuvent pas contracter la maladie, et eux qui sont en contact en permanence avec les vaches non plus ! Ils rigolent… Cependant, ils respectent bien les mesures barrière et ne sont plus en contact les uns avec les autres. De toute manière, ils s’en moquent, ils se disent que les vaches ont le coronavirus, donc tout va bien pour eux ! »

Le temps s’étire dans le chef-lieu de la Lozère, malgré cela, les soignants montent au créneau d’une citadelle que l’on pourrait supposer bientôt assiégée par la maladie. « Nous avons ouvert un centre Covid pour tous les professionnels de santé, explique la généraliste mendoise. Le réseau s’est mis en route très rapidement. Tout le monde nous a aidé, ça s’est très bien passé. L’opération a renforcé tout le monde, on s’est senti vraiment une belle équipe. Cela a été assez étonnant parce qu’on est dans une ville où de nombreux professionnels sont habitués à travailler seuls. Après, on s’est retrouvé sans avoir grand-chose à faire, parce qu’on avait peu de malades, avec un système hospitalier non débordé. Nous continuons à remplir le planning du centre Covid, ainsi, s’il y a une vague, nous sommes prêts ».

Effectivement, il y a plusieurs semaines, le Dr Mathilde Minet a rédigé et fait signer par les dix médecins de la ville un document sous l’en-tête « Maison de santé pluriprofessionnelle Mende Lozère » et intitulé « Plan d’action ambulatoire COVID-19 – Bassin de Mende » dont l’objectif était « d’anticiper le dépassement des structures sanitaires ambulatoires selon l’évolution de la pandémie Covid-19 et d’une possible diminution des ressources médicales ambulatoires ». Cette lettre a été déposée à l’ARS avant le confinement. Mais les conditions de la mise en place (« Seulement si les structures sanitaires ambulatoires sont dépassées par l’afflux de patients ») n’ont pas, jusqu’à maintenant, été remplies.

Philippe Meursault

COVID19 – Le bon réflexe : contacter le médecin traitant en première intention
Défilement vers le haut